Les Traducteurs, le film

2257660.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx[Billet rédigé par Rosemary Kneipp]

Grâce à des places offertes par la production, beaucoup de nos membres ont pu assister à des projections du film « Les Traducteurs » de Régis Ronsard avec Lambert Wilson, Olga Kurylenko et Riccardo Scamarco. À l’occasion de la sortie du film en VOD (disponible depuis le 30 avril), nous vous livrons leurs impressions.

Le synopsis du film ne pouvait que nous interpeller :

« Isolés dans une luxueuse demeure sans aucun contact possible avec l’extérieur, neuf traducteurs sont rassemblés pour traduire le dernier tome d’un des plus grands succès de la littérature mondiale. Mais lorsque les dix premières pages du roman sont publiées sur internet et qu’un pirate menace de dévoiler la suite si on ne lui verse pas une rançon colossale, une question devient obsédante : d’où vient la fuite ? »

Voici quelques commentaires de nos membres :

« Un film un peu foutraque, mais quand même haletant. La scène d’action avec utilisation des langues et de l’interprétation pour tromper l’adversaire m’a paru savoureuse. »

« L’intrigue est bien ficelée et les acteurs jouent bien. Je suis un peu resté sur ma faim, car je m’attendais à des dialogues plus en phase avec le type d’activité décrit. En fin de compte, c’est un thriller comme il y en a plein, avec des moments de suspens bien aménagés et des mouvements de caméra pour entretenir l’action. À part 2 ou 3 monologues réussis, on ne nous dit pas grand-chose sur la démarche du traducteur et les difficultés qu’il rencontre pour transcrire ce genre de roman « exclusif ». À la décharge du réalisateur, c’est un film grand public, donc il n’allait pas non plus rentrer dans les détails. »

« Très surprenant, riche en rebondissements ! Au-delà des conditions de travail du traducteur littéraire, c’est une réflexion sur le travail d’un auteur et de sa relation avec son éditeur, la question étant de savoir à qui l’œuvre appartient-elle au bout du compte… »

« Intrigue intéressante avec plein de rebondissements comme on aime, mais je n’étais pas convaincue par le jeu un peu caricatural des acteurs. Le huis clos aurait pu être mieux exploité pour une mise en scène plus rapide afin de donner un meilleur tempo à l’ensemble. »

« Une histoire intéressante et plutôt bien ficelée avec des rebondissements inattendus. Je craignais que quasiment la totalité du film soit dans la bande annonce, mais ce n’est pas le cas. Bien au contraire, l’absence de relation amoureuse et de torture que pouvait laisser présager la bande-annonce fait le charme du film. Un scénario qui vaut le détour ! »

« Mais quel suspens ! Tour à tour on scrute les personnages en essayant de déceler le détail qui fera que l’on dénouera l’intrigue, nous traducteurs ! Quel bonheur d’être emportés dans l’univers implacable de l’édition, où les ambitions de chacun se dévoilent peu à peu. Très beau film, qui m’a autant plu à moi qu’à mes grands enfants de 20 ans. Un film à la Usual Suspect où tout n’est dévoilé qu’à l’extrême fin. Bravo au réalisateur et aux formidables acteurs. »

« Le titre « Les traducteurs » est très accrocheur, surtout pour nous, traducteurs, car nous pensons que le film va parler de notre métier. Mais il s’agit en fait d’un film à suspense, ayant pour objet la traduction multilingue de ce qui est censé devenir un « bestseller » très attendu du public. Le film rappelle ce qui a été dit et écrit lors de la parution du Da Vinci Code : traducteurs enfermés et coupés du monde le temps de leur travail. Sauf qu’ici un chantage est fait à l’éditeur et le motif, nous l’apprendrons à la fin, relève plus de l’émotionnel que de l’appât du gain par le maître chanteur, mais je ne veux pas « divulgâcher », comme disent les journalistes du « Masque et la Plume » sur France Inter, la fin du film. Les traducteurs sont gentiment représentés avec chacun leur personnalité et leurs motifs pour avoir accepté un tel travail dans de telles conditions (luxueuses, il faut le noter). Personnellement, j’ai beaucoup aimé le traducteur grec qui dit bien dans le film que sa rémunération est une misère et souligne dans ses répliques la précarité de bien des traducteurs. Sinon, le film ne comporte que peu d’informations sur notre métier et, particulièrement, sur la traduction littéraire. »

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

A propos aprotrad

Créée en 1993 par un groupe de traducteurs. Sise en région Centre, APROTRAD rayonne dans l’hexagone et attire des professionnels basés hors de France. Sa dynamique de partage et de collaboration favorise de fructueux échanges au sein du groupe. L’association soutient les actions de promotion de la profession et la formation de ses adhérents. APROTRAD regroupe près d'une centaine de membres, traducteurs, interprètes, sociétés de traduction, représentants de métiers connexes. Les étudiants en filière universitaire de traduction ont la possibilité d’adhérer à l’association. Pour nous contacter, visitez la page http://www.aprotrad.org/contact.html
Cet article, publié dans Métier, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s