La professionnalisation des métiers de la traduction

Rosemary Kneipp partage son expérience et nous invite à la réflexion sur la professionnalisation de nos métiers.

illustration-article-rosemary-professionnalisation

Propos liminaire : Avant de commencer, je voudrais préciser qu’à mon avis, un diplôme ne fait forcément un bon traducteur et qu’on peut être un bon traducteur sans être diplômé.

 

Lorsque j’ai parlé à mes professeurs d’université en Australie de mon souhait de devenir traductrice, ils m’ont découragée. Ce n’est qu’après deux ans passés en France, en 1977, que j’ai appris l’existence de l’ESIT. À l’époque, il n’y avait que deux cursus de traduction en France : l’ESIT et l’ISIT. Une fois diplômée, j’ai vite compris que très peu de donneurs d’ordre pensaient que la traduction était un métier en soi.

J’ai souvent entendu des propos du type : « Ah oui, j’ai ma petite belle-sœur qui est britannique. Elle pourra traduire ce contrat sans problème. Ce n’est pas bien compliqué. » ou bien « Vous savez, vous n’avez pas besoin de passer trop de temps sur la traduction. On veut juste savoir de quoi il s’agit. » J’avais même un client qui me demandait de « taper ce papier en anglais ».

Pour essayer de remédier à ce manque de connaissance, différentes instances, comme la SFT et l’association des anciens étudiants de l’ESIT, se sont penchées sur la question de savoir comment améliorer l’image professionnelle des traducteurs auprès des entreprises en rédigeant des chartes, entre autres, mais le résultat n’a pas été probant. Autant l’interprète jouissait d’une image prestigieuse grâce aux rencontres internationales, autant le vrai métier du traducteur restait toujours méconnu.

Avec l’arrivée du fameux trio européen « LMD » (licence, maîtrise, doctorat), les masters de traduction ont commencé à foisonner en France. J’étais sceptique au début, mais je me suis rendu compte récemment que l’existence même de ces diplômes est sans doute le meilleur moyen de professionnaliser notre métier.

Les associations de traducteurs comme la nôtre peuvent contribuer également à mieux faire connaître notre statut de spécialistes.

Je pense que nous avons intérêt à toujours mentionner nos diplômes de traducteur ainsi que notre appartenance à Aprotrad sur nos cartes de visite et dans nos signatures de courriel.

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

A propos aprotrad

Créée en 1993 par un groupe de traducteurs. Sise en région Centre, APROTRAD rayonne dans l’hexagone et attire des professionnels basés hors de France. Sa dynamique de partage et de collaboration favorise de fructueux échanges au sein du groupe. L’association soutient les actions de promotion de la profession et la formation de ses adhérents. APROTRAD regroupe près d'une centaine de membres, traducteurs, interprètes, sociétés de traduction, représentants de métiers connexes. Les étudiants en filière universitaire de traduction ont la possibilité d’adhérer à l’association. Pour nous contacter, visitez la page http://www.aprotrad.org/contact.html
Cet article, publié dans Métier, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La professionnalisation des métiers de la traduction

  1. Catherine De Crignis dit :

    Bonjour Rosemary,

    Ce que j’en pense ?
    Eh bien j’en pense que je te rejoins ! Pour moi, la professionnalisation passe nécessairement par l’obtention d’un diplôme de traducteur. J’ai même trouvé dommage que tu ouvres ton article en déclarant qu’ « un diplôme ne fait [pas] forcément un bon traducteur et qu’on peut être un bon traducteur sans être diplômé ». Naturellement qu’un diplôme ne fait pas forcément un bon traducteur. Mais a-t-on déjà entendu un médecin ou un avocat dire : « Oh, vous savez, il est diplômé, comme moi, mais de là à savoir s’il a du talent…». Quant à mentionner d’emblée les bons traducteurs non diplômés, pourquoi aller chercher l’exception, avant même d’avoir expliqué la règle ? Par honnêteté intellectuelle, je présume !
    Voilà pour ma petite touche, encore une fois, je suis largement de ton avis, Rosemary.

    Catherine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s